Les nouvelles sanctions américaines contre l’Iran

Parlons donc de l’entrée en vigueur des nouvelles sanctions américaines contre l’Iran, des décisions qui feront écho dans le monde entier. Les États-Unis ont officiellement imposé à l’Iran ce que l’administration Trump qualifie de sanctions  » les plus sévères de tous les temps « , destinées à freiner les programmes nucléaires et de missiles balistiques du Téhéran et à contenir son influence croissante au Proche-Orient.

La décision de la Maison-Blanche rétablit les sanctions américaines qui avaient été levées dans le cadre d’un accord multinational conclu en 2015 avec le Téhéran et impose des centaines de sanctions supplémentaires destinées à frapper les principaux secteurs économiques de l’Iran, notamment le pétrole et le gaz, le transport maritime et les banques.

Cette mesure « vise à priver le régime des revenus qu’il utilise pour répandre la mort et la destruction dans le monde entier », a déclaré la semaine dernière le secrétaire d’État Mike Pompeo. « Notre but ultime est d’obliger l’Iran à abandonner définitivement ses activités hors-la-loi bien documentées et à se comporter comme un pays normal. »
Comme l’a récemment rapporté Colin Dwyer du NPR, « Depuis mai, lorsque le président Trump a promis de retirer unilatéralement les États-Unis du plan d’action global conjoint, son administration a télégraphié ses intentions de rétablir les sanctions qui avaient été levées dans le cadre du Pacte. L’administration a déjà nivelé une importante série de sanctions en août ; maintenant, elle est en train de rétablir l’ensemble des sanctions – et même d’ajouter des centaines de noms à la liste, selon le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin. »

La Chine, l’Inde, la Corée du Sud, le Japon et la Turquie – qui sont tous les principaux importateurs de pétrole iranien – figurent parmi les huit pays qui devraient bénéficier d’exemptions temporaires aux sanctions afin de s’assurer que les prix du pétrole brut ne soient pas déstabilisés.

« Les pays déposeront les revenus de l’Iran sur un compte séquestre, ont déclaré des responsables américains. »

Pendant ce temps, au Téhéran, des manifestants ont défilé dans les rues pour marquer le 39e anniversaire de l’occupation de l’ambassade des États-Unis, une action qui a précipité une longue prise d’otages qui a contribué à ruiner les chances de réélection du président Carter et a presque fait tomber l’administration Reagan dans le scandale Iran-Contra.

Des milliers de manifestants se sont rassemblés devant l’ancienne ambassade des États-Unis, brûlant des drapeaux américains et chantant « Death to America ! » (littéralement Mort à l’Amérique !).

Je ne sais pas vous, mais moi, cette nouvelle m’a fait quelque chose 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *