Rayonnements ionisants : les risques pour la santé

Dans le quotidien, la plupart des gens sont exposés à des rayonnements qui peuvent être des rayons invisibles ou visibles. Smartphone, écran d’ordinateur, four à micro-ondes, antenne satellite, plaque à induction… De nombreux appareils domestiques sont source de rayonnements (rayons X et gamma) qui peuvent transformer les atomes en ions. Ce sont ce que l’on appelle communément les rayonnements ionisants. Certaines études révèlent qu’ils présentent des risques pour la santé.

Les rayonnements ionisants et le cancer

Dans certaines usines, il est de l’obligation des responsables d’utiliser un compteur Geiger détecteur de rayonnement pour estimer l’exposition des ouvriers à des rayons gamma et rayons X. Un rayonnement ionisant venant de n’importe où peut être en effet un facteur de risque de cancer, mais en fonction de la dose d’exposition. Celle-ci est exprimée en millisievert (mSv).

Exposition à une dose supérieure à 100 millisieverts

Lorsqu’un être humain s’expose à une dose supérieure à 100 millisieverts, les rayonnements ionisants sont considérés comme cancérigènes. De nombreuses études mettent en évidence les effets des fortes doses de rayons X et gamme sur l’organisme.

Aujourd’hui, beaucoup de médecins et de chercheurs admettent que les tumeurs radio et chimio induites sont provoquées par une exposition à des doses élevées de rayonnements ionisants. Le risque qu’une personne développe un cancer dans ce cas de figure est de 5% par Sievert. Par conséquent, sur un échantillon de 100 personnes exposées à une dose de 500 millisieverts, 5 d’entre elles ont un risque élevé d’avoir un cancer.

Exposition à une dose inférieure à 100 millisieverts

Pour l’heure, les études révèlent qu’une exposition à une dose inférieure à 100 millisieverts de rayonnements ionisants n’a aucun effet cancérigène sur l’homme. Cependant, la prudence est de mise pour certains chercheurs. Le cancer est une maladie assez courante. Il concerne une part non négligeable de la population, dont l’origine est souvent inconnue. Ainsi, il est difficile de définir une réelle corrélation entre les rayonnements ionisants à faible dose et les cancers.

Actuellement, le risque que de faibles doses provoquent un cancer équivaut à 0,005%. Autrement dit, pour un échantillon de 100 personnes, seul 0,005% d’entre elles peut avoir un cancer induit par une exposition aux rayonnements ionisants.

Les risques héréditaires

De nombreuses recherches confirment l’hérédité des risques liés à une exposition aux rayons ionisants. En effet, un parent ayant été exposé à des rayonnements ionisants peut accroître les cas de maladies génétiques sur sa descendance avec une aggravation à chaque génération.

Les rayonnements ionisants sont connus pour causer des mutations ou aberrations au niveau de l’ADN. Ainsi, les cellules des parents peuvent être affectées par une mutation génétique qui sera transmise de manière héréditaire et peut se présenter de différentes formes. 

Les risques des très fortes doses

Les rayonnements ionisants à très fortes doses peuvent être fatals pour la victime, car ils entraînent des lésions au niveau même des tissus.

Les lésions tissulaires peuvent ne pas se manifester qu’à partir d’une certaine limite. Mais à partir du moment où les expositions sont fréquentes, les effets peuvent être détermini

stes.